On connait très peu de choses sur l'église ancienne du château si ce n'est qu'elle était plus petite. En 1641 Le chevalier de Thesan fait repeindre la balustre du chœur, la chaire du commandeur, et fait remettre en état les cinq vitres. 

En 1816, la porte d'entrée du village située au bout de la rue Ste Catherine fut démolie pour réparer les chapelles .

L'église moderne

Ci-dessous les plans de reconstruction de l'église en 1829.

Le premier projet s'arrêtait à la sacristie, le fond de l'église comportait 4 portes, en bas,l'une vers la salle de la tour nord avec l'accès à l'escalier à vis montant jusqu'au clocher prévu sur la tour. L'autre  permettait un accès depuis le porche du château. A la tribune une porte d'entrée venant de l'escalier, l'autre donnant sur la salle d'étage de la tour.

Le projet définitif est allongé d'une travée. les 4 portes du fond sont supprimées, l'accès se faisant par les portes latérales avec un porche sur la porte côté est (qui ne fut pas réalisé);

 

Le clocher était prévu sur la tour nord.

Celle-ci n'était pas encore abaissée . Avec le clocher, la hauteur totale aurait été de 40 mètres.

Compte tenu des nombreux problèmes de financement durant la construction, le clocher ne fut réalisé qu'en 1885 et au dessus du chœur.

Les plans de l'église montrent bien que l'entrée depuis le village donnait sur le porche d'entée du château lui même donnant sur la cour et sur l'escalier de la tour

 

L'intérieur

Ci dessous

** à droite l'intérieur de l'église vers 1950. Outre la peinture du Chœur, on voit le chemin de communion encore en place, les anciens lustres suspendus à la voûte ont disparu.

 ** à gauche, l'intérieur actuellement, les éléments du chemin de communion  ont servi à construire l'autel face au peuple, la décoration du chœur a disparu.

** Au centre détail du maître-autel imputé de sa partie haute et de l'autel face au peuple.


 

Cette magnifique chaire a été faite à Garrissous  et livrée en 1838. L'ébéniste ( Mr Trouche) était payé à raison d'un franc par jour, le bois lui était fourni. Pour la petite histoire, au milieu du siècle dernier l'évêché de Rodez souhaitait se l'attribuer. Les fabriciens de l'époque emmenés par Henri Saussol lui-même fabricien et ébéniste s'y opposèrent.

 

 

Le maître-autel comme le chemin de communion furent fabriqués par Jean-Jean ébéniste dans la grand-rue à La Selve et livrés vers les années 1860

 

 

C'est encore à La selve  que fut fabriqué

le meuble de la sacristie en noyer

Les cloches

En 1825 il y avait une petite cloche "ut", parrain Amans Vigroux, membre de la Légion d'Honneur et maire de La Selve, marraine Sophie Rouvellat-Cussac.

En 1835 Mr Triadou fondeur à Rodez livra une cloche de 625 kg Pour la fondre , il en reçut une de 400kg

En 1893 elle se cassa. Mr le curé Albinet lança une souscription. Avec le produit il fit fondre 2 cloches, l'une "mi" pesant 772kg, l'autre "sol" environ 450kg.